Evolution de mes carrés potager

Joindre l’utile à l’agréable… La saison passée, les plantations en pleine terre (hors carré potager), ont été un échec. En plus de la mauvaise terre, il y a eu une période de pluie juste après mes plantations, le sol argileux était gorgé d’eau, les plants n’ont pas pris. Aussi j’avais installé un treillage en arche allant du carré potager existant jusqu’au sol. Les concombres côté carré n’ont jamais autant poussé, en revanche, ceux côté « pleine terre » n’ont jamais pris, et ont même pourri. C’est pourquoi, cette année, j’ai créé un second bac en parallèle du premier de 45cm de haut, puis un troisième d’une vingtaine de cm de haut.

La construction

Etant identique au premier carré, je vous invite à lire ce post. Voici un résumé. J’ai taillé en pointe des lambourdes 50×70 de la profondeur du carré, afin de facilité le « plantage » dans la terre. Positionnées à bonne distance, j’ai ensuite assemblé des planches de coffrage tout autour, puis étage par étages, à l’aide de vis inox à embout Torx. J’ai ensuite recouvert l’intérieur du bac d’un plastique alvéolaire pour protéger le bois de la terre et garder une bonne aération pour éviter que le bois pourrisse. Pour ne pas que le « carré » s’ouvre par la force de la terre, j’ai vissé des renforts tous les mètres qui relient les deux bords. Enfin, j’ai vissé sur le dessus des lames de terrasse pour le côté esthétique.

Pour remplir les deux nouveaux bacs, j’ai mis des cartons sur le fond, les vers de terre adorent! Par dessus j’ai ajouté quelques copeaux de bois, de la tonte de pelouse, puis de la terre. J’ai également ajouté des granules de fumier de cheval pour nourrir cette nouvelle terre. Vous pouvez apercevoir que dans le premier bac, la terre et les couches de végétaux se sont tassées. C’était l’occasion de refaire les niveaux.

Les allées

Pour avoir un potager agréable à utiliser, j’ai habillé les allées avec un géotextile. Ce dernier est recouvert par des copeaux de bois broyés. Le bois provient de vieilles charpentes où il n’y avait pas de traitement chimique. La surface potentielle de culture a diminuée, mais je compte bien compenser avec un meilleur rendement. Seule les fraisiers se plaisent dans leur environnement. C’est une vieille variété dont je ne connais pas le nom. Elle est très rustique, et produit de petits fruits très savoureux. Les quelques plants les plus feuillus viennent d’une jardinerie, et la différence est flagrante.

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Construction, bricolage et jardinage

Recevez en cadeau le guide "45 conseils pour économiser de l'énergie"!S'abonner
Lire les articles précédents :
rangement d'atelier
Organiser son atelier

Organisé = efficacité Soit un atelier est trop rangé, et...

Plantation de jeunes bambous
Le bien-être chez soi

Se sentir bien, une évidence Que l'on soit propriétaire, ou...

Fermer